En tout premier lieu, il faut comprendre que la justice n'est pas infaillible. Et pour une bonne et simple raison, elle dépend entièrement des hommes qui la rendent...

Dans toutes les sociétés, il existe un système judiciaure, plus ou moins efficace, plus ou moins répressif. Mais dans tous les cas il existe. Qu'il s'agisse d'un conseil des sages en pleine jungle amazonienne qui décide de bannir tout contrevanant aux règles de la communauté, voir de punir à la peine de mort tout meurtrier, il n'y a pas d'énormes différences avec notre système judiciaire actuel. Le but étant de permettre à tout le monde de vivre ensemble, problème que toutes les "sociétés", même les plus petites, doivent rapidement avoir à gérer.

Le principe même d'une loi équilibrée est basé sur un concept simple. Il faut qu'elle soit juste, que la sanction ne soit pas surdimensionnée. Il faut qu'elle soit admise par le plus grand nombre. Et il ne faut pas qu'elle soit partisane, qu'elle ne profite qu'à un petit nombre. Parti de ce principe, on peut revenir aisément sur la loi du "mariage pour tous", qui est tout sauf juste. Elle crée une division profonde des valeurs dans la société, ne profite qu'à un petit nombre, et n'est admise que par un petit nombre également et y compris chez les bénéficaires.

L'ANARCHIE ET LA LIBERTE ABSOLUE.

Pour bien comprendre l'absurdité et la contradiction de l'anarchisme, de la recherche des libertés absolues, il faut bien comprendre que trop de tout ne fait jamais qu'un petit rien. Autrement dit, trop de liberté tuent les libertés, car c'est alors la loi du plus bête et du plus fort qui l'emporte sur les faibles. Et c'est encore une fois, tout, sauf juste !

L'anarchie, c'est avant tout le chaos. Certains s'imaginent, alors qu'ils vivent en realtive sécurité, qu'ils peuvent se permettre d'avoir le luxe d'être anarchistes. C'est exactement le même problème pour les communistes en pays capitaliste. Communiste, mais dans un pays ultra riche, pour de vrai, c'est réaliste ? Combien d'entre eux connaissent réellement, soit l'insécurité d'un régime totalitaire marxiste, soit les dangers d'une société dont les règles ne sont dictées que par les plus forts, ceux qui ont le pouvoir de vous contraindre, de gré, ou de force ?

Il est pathétique que ces personnes ne se rendent pas compte que ce sont elles qui sèment le trouble, et non l'inverse. En refusant de se soumettre aux règles du vivre ensemble, elles se marginalisent, et finissent par s'enfermer elles mêmes dans des prisons de peur et d'angoisses.

C'est le résultat d'une éducation trop laxiste, peut être issue du baby boom, et qui a donnée naissance à la génération de 1968. Ces soixantehuitards, dont le slogan le plus connu est "il est interdit d'interdire" ont tous vécu sans contraintes, ont été bien trop protégés par leurs parents, et ont fini par revendiquer l'impensable. Etre plus libres que libres, un mode où les loups n'en feront qu'une bouchée... Et ce qui est d'autant plus troublant, c'est que nombre d'entre eux sont fonctionnaires ou assimilés, ont la sécurité de l'emploi, ne connaissent pas l'insécurité, et sont eux-mêmes en charge de faire respecter la loi.

Le système est donc corrompu de l'intérieur, ou lobby ultra puissants, corruption financière, et pouvoir hérité de hautes fonctions, sont l'objet de toutes les convoitises. Mais pas par l'excellence, non, ce serait bien trop beau. Uniquement par la ruse et la couardise, par les coups bas et les tromperies. Ainsi, celui qui est censé faire respecter la loi ne le fait plus, et ne se soumet même plus lui même à ces règles, tout en imposant aux autres, ses opposants, à la respecter. C'est le début de l'arnachie généralisée, ou l'injustice des lois et des décisions poussent les gens à se rebeller, à résister, à ne plus respecter eux-même la loi...

LA MENACE, LA SANCTION ET LA PUNITION

Pour qu'un système judiciaire fonctionne correctement il faut qu'il y ait au moins un peu de ces trois ingrédients. La menace de la loi afin de tempérer les ardeurs. La sanction de la loi, pécunière ou carcérale, pour permettre à tout le monde d'avoir une visibilité sur les conséquences de ses actes. Et la punition, qui doit au mieux, être exemplaire, au pire, dissuasive.

Le problème suivant, et qui est intrinsèque à ces trois ingrédients, c'est le problème de l'autorité. Et c'est malheureusement ce que cette génération de soixantehuitards laxistes est totalement incapables de comprendre. L'autorité, ce n'est pas crier, taper du point sur la table, et appliquer une punition à l'emporte pièce. Non, l'autorité, c'est uniquement la crainte d'une sanction associée au respect de l'autre. Et le seul moyen pour avoir de l'autorité, c'est d'être juste avec tout le monde, sans distinction, ne jamais faire d'exceptions. L'autorité est un bien précieux et fragile. La décribiliser, la discréditer, c'est s'assurer par la même tous les problèmes du monde, à commencer par l'anarchie, et qui sera inévitablement fatale à ceux qui en feront la promotion...


  • Aucun commentaire sur cet article.
DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd